Le service

Quelle température pour quel vin ?

Outre le fait de préférer un vin sucré, amer, acide ou que sais-je encore, il est primordial de le servir à une température appréciable. Un vin trop chaud sera trop fort en bouche et procurera une sensation désagréable de « brûlure alcoolisée ». Un vin trop froid sera inexpressif et se boira sans déceler la moindre variation de saveur (ce serait bête non ?). Les vins blancs nous donnent tous leurs secrets à une température d’environ 11°C, alors qu’à l’opposé, les vins rouges nous offrent leurs confidences aux alentours de 16-17°C.

Il est toujours préférable de servir un vin trop frais que trop chaud, sachant qu’il se réchauffera assez vite (surtout si vous êtes frileux et que votre appartement est surchauffé). Une règle simple permet de trancher assez facilement et sans trop se poser de questions. Un vin rouge ne se gardera pas au frigo et pourra être dégusté directement après son ouverture (on parle ici d’un vin classique et non d’un vin vieilli, ou par ailleurs certaines précautions devront être prises avant le service, mais nous y reviendrons).

Un vin blanc a contrario, sera gardé au frigo et pourra être sorti une demi-heure avant de le déguster (suivant la température du frigo bien entendu, ici je vous donne ma recette personnelle, vous en faites ce que vous voulez ! Pour information, mon frigo est en moyenne à 9°C)

La présentation du vin, important ou simple snobisme ?

Cette question ne nécessite pas vraiment d’explication, essayez donc de servir un vin dans un verre à eau ou une bolée de cidre, et vous aurez compris où je veux en venir.

Une mise en valeur est de mise, encore faut-il miser sur le bon contenant !

On ne répétera jamais assez qu’un verre à vin a son importance, il est même capital pour la première étape de dégustation. Pas de fantaisie, on appréciera simplement un verre à pied transparent nous permettant de nous délecter de la robe du vin servi. Le verre ne doit pas être trop épais, dans le but de n’avoir que très peu de surface de contact avec nos lèvres et ainsi apprécier le vin à sa juste valeur.

Décanter ou carafer, telle est la question ?

Tout d’abord, il s’agit de la même opération, le but est néanmoins différent. On carafe un jeune vin pour l’aérer et lui donner ses pleins arômes. On décante un vieux vin dans le but de se débarrasser au maximum du dépôt qui s’est formé dans la bouteille.

Si la première opération est simple comme bonjour, il suffit prendre une carafe, de préférence à fond large pour permettre une plus grande surface d’oxygénation.

La deuxième quant à elle est un peu plus délicate, il ne s’agirait pas de détruire un bon vin en l’oxydant trop vite. Une carafe à goulot étroit fera très bien l’affaire.

Conseil

Il est de mise qu’un bon vin révélera plus ses penchants aromatiques dans un verre au buvant renfermé vers l’intérieur, c’est à dire que l’extrémité du verre se replie légèrement vers l’intérieur. L’explication réside dans le fait que le vin est aéré mais que grâce au léger replie du verre, les arômes restent “piégés” à l’intérieur du verre. Une flûte pour un  champagne n’est un secret pour personne, préférable à une coupe. Une flûte n’est autre qu’un verre sans épaule, dont le buvant est ouvert vers l’extérieur et la cheminée est droite. Cela permet aux bulles de s’extirper vers la sortie et ainsi de donner plus de saveur au champagne.

<< Page précédente

Page suivante >>